Rassegna Stampa Elezioni Israeliane 2009

Monitoraggio attraverso i media internazionali delle elezioni in Israele del Febbraio 2009

Elections israéliennes, revue de détail (2): le Shass

Posted by alicemarziali su 3 febbraio, 2009

Après les Arabes israéliens , voici le parti des ultra-orthodoxes séfarades. Acronyme de Shisha sedarim, les six sections du Talmud, le Shass a été créé en 1983 en réaction à l’establishment religieux dominé par les ashkénazes. Cette scission soutenue par le rabbin Eliezer Menahem Schach s’est concrétisée aux élections de 1984. Le Shass avait alors obtenu un peu plus de 3% des voix et quatre sièges. A partir de 1996, le Shass a atteint le seuil des dix députés, qui semble correspondre à son électorat (11 sièges en 2003 et 12 sièges en 2006).Le parti sépharade, qui a joué tout au long de ces années du charisme et de l’aura de son chef spirituel (né en 1920), le rabbin Ovadia Yossef , a obtenu le nombre record de 17 députés en 1999 profitant d’une conjoncture particulière puisqu’il avait servi de refuge pour une partie de l’électorat du Likoud déçue par les trois années au pouvoir de Benyamin Nétanyahou.

Depuis qu’il peut jouer les forces d’appoint à la Knesset, le Shass a toujours accordé la priorité à la défense de programmes sociaux au profit de son électorat majoritairement défavorisé. Sur la question palestinienne, il a incontestablement évolué vers à la droite. “S’il apparaît clairement que la cession de territoires permettra l’établissement d’une paix sincère avec nos voisins arabes, tandis qu’un refus entraînera un risque de guerre immédiat, il faudra céder les territoires”, avait déclaré en 1989 Ovadia Yossef (cité par Marius Schattner dans son livre, Israël, l’autre conflit ) au grand dam des sionistes religieux.

En 1992, le Shass avait rejoint la coalition dirigée par le travailliste Yitzhak Rabin et avait permis, en s’abstenant, l’adoption en 1993 par la Knesset des accords d’Oslo par une majorité “juive”. En revanche, le Shass avait voté contre les accords d’Olso II, en 1995, et avait rejoint ensuite l’opposition nationaliste. A la veille des élections de 2003 et après avoir multiplié les attaques verbales contre les Palestiniens, Ovadia Yossef était revenu sur son acceptation de la formule de la paix contre les territoires en estimant que “dans la situation présente, restituer des territoires de notre sainte terre contribuerait à mettre des vies humaines en danger.” Il s’était donc opposé au retrait de Gaza décidé par Ariel Sharon en 2005.

Depuis, la direction du Shass, incarnée par Eli Yishaï, a exprimé son opposition résolue à des discussions de paix avec les Palestiniens dans lesquelles un partage de Jérusalem serait évoqué. C’est d’ailleurs cette intransigeance qui a contraint Tzipi Livni, après son élection à la tête de Kadima, en septembre 2008, à demander l’organisation d’élections anticipées, faute de pouvoir constituer une majorité à la Knesset.

http://israelpalestine.blog.lemonde.fr/2009/02/03/elections-israeliennes-revue-de-detail-2-le-shass/

Annunci

Rispondi

Effettua il login con uno di questi metodi per inviare il tuo commento:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: