Rassegna Stampa Elezioni Israeliane 2009

Monitoraggio attraverso i media internazionali delle elezioni in Israele del Febbraio 2009

En Israël, les sondages se trompent aussi et le jeu reste ouvert.

Posted by alicemarziali su 8 febbraio, 2009

LE MONDE

A deux jours du scrutin législatif, un point s’impose sur les dernières intentions de vote. Avec le nécessaire recul que l’exercice impose. Le Likoud tient la corde, mais le parti centriste s’est rapproché au cours de la dernière semaine au point de réduire l’écart à 3 sièges. En 2006, Kadima, donné vainqueur par les sondages, l’avait emporté, mais son score avait été surévalué de 5 sièges. De quoi penser que tout reste ouvert pour le 10 février prochain.

Dans les élections israéliennes, l’ordre d’arrivée compte plus que le poids des coalitions. Le leader du parti gagnant qui est appelé à former une coalition gouvernementale, dans laquelle toutes les combinaisons sont possibles. Depuis le début de la campagne, le Likoud est donné favori dans tous les sondages sans exception. Celui-ci n’a ni profité ni pâti de la guerre a Gaza. Mais la remontée de Israël Beiteinou, conséquence de sa dénonciation virulente d’une guerre inachevée, joue comme un effet boomerang pour le Likoud qui voit une partie de ses électeurs le quitter au profit du parti ultranationaliste. En une semaine, le Likoud a perdu en moyenne 4 sièges dans les intentions de vote, Israël Beiteinou en a gagné 2.

Dans le même temps, Kadima stagne, mais se rapproche du Likoud qui se tasse. Au point de talonner le favori, se situant à 3 sièges du premier alors que ce parti accusait un retard de 7 sièges la semaine dernière.

iv-partis-6fev09.1234123884.jpg

Si la guerre a profité à Ehud Barak en termes de popularité, elle n’a guère permis au parti travailliste de rebondir. Tout juste à éviter de continuer à s’écrouler. Avant l’opération « Plomb Durci », les intentions de vote lui donnaient 12 sièges. 16 pendant. 15 en ce moment. Si le résultat confirmait ces données, celui-ci tomberait à son score historiquement le plus bas (voir historique complet des élections ici).

Toutes données doivent encore être prises avec précaution. Les sondages peuvent donner des indications sujettes à évolution. Pour des raisons intrinsèques (une intention de vote n’est qu’une photographie) ; des raisons exogènes (nombre d’indécis, campagne tardive). Des effets liés au comportement électoral des électeurs stratèges qui prennent en compte les résultats des sondages pour ajuster leur vote au dernier moment. Enfin, un risque de surestimation du favori pour lequel les électeurs tendent d’autant plus à se démobiliser dans les derniers jours que son avance dans les sondages parait confortable. Toutes ces raisons, sans que l’on sache les hiérarchiser, ont joué en 2006. Le score de Kadima, le parti crée par Sharon tombé ensuite dans le coma pendant la campagne, avait été sur-évalué. Au final, ce parti l’avait emporté, mais avec 6 sièges de moins qu’annoncé. Sans trop de conséquences à l’époque tant son avance sur un Likoud défait était grande.

iv-partis-2006.1234123923.jpg

Cette année, la même incertitude plane. Le Likoud favori, voit ses électeurs se démobiliser ou rejoindre les rangs de la droite nationaliste. Kadima, parti sortant ne séduit pas vraiment, mais reste en position d’outsider.De quoi alimenter le suspens.

 

http://chriqui.blog.lemonde.fr/2009/02/08/en-israel-les-sondages-se-trompent-aussi-et-le-jeu-reste-ouvert/

Annunci

Rispondi

Effettua il login con uno di questi metodi per inviare il tuo commento:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: