Rassegna Stampa Elezioni Israeliane 2009

Monitoraggio attraverso i media internazionali delle elezioni in Israele del Febbraio 2009

Une bonne nouvelle palestinenne?

Posted by alicemarziali su 7 marzo, 2009

LE MONDE

Le premier ministre palestinien, Salam Fayyad, a annoncé la démission de son gouvernement, samedi 7 mars. Ancien fonctionnaire du Fonds monétaire international (FMI), M. Fayyad s’est attiré les louanges, pour sa rigueur et sa compétence, des principaux pays donateurs impliqués dans le dossier palestinien. La démission de cet indépendant placé à la tête d’une équipe de techniciens, innamovible ministre des finances entre 2002 et 2007, n’est pourtant pas nécessairement une mauvaise nouvelle pour les Palestiniens puisqu’il ouvre la voie, ce faisant, à un gouvernement d’union qui rassemblerait les frères ennemis du Hamas et du Fatah, à la suite de leur retrouvailles au Caire, le 25 février. De nombreux points de contentieux séparent les deux camps depuis la crise de juin 2007 et la prise de contrôle par la force de la bande de Gaza par les islamistes du Hamas. Cette crise avait mis fin au gouvernement d’union obtenu à la suite d’une médiation saoudienne, le 8 février 2007: 1) Le différend des élections: le Fatah de Mahmoud Abbas souhaite des élections générales (présidentielle et législatives) espérant sans doute revenir à cette occasion sur son revers de 2006 face au Hamas. Les islamistes, en revanche, considèrent que si le mandat de M. Abbas est arrivé à son terme en janvier, celui de l’actuel Conseil législatif court jusqu’en janvier 2010. 2) La réforme de l’OLP: le Hamas considère que la centrale palestinienne (dont il n’est pas membre) n’est plus représentative de l’échiquier politique palestinien et exige sa réforme. A l’opposé, le Fatah, qui y dispose d’une majorité écrasante, n’est pas très disposé à céder de son pouvoir. 3) Les prisonniers: les deux camps s’accusent de détenir des prisonniers (du Hamas en Cisjordanie, du Fatah à Gaza) dont ils demandent la libération avant la constitution d’un gouvernement. 4) La composition et le mandat d’un gouvernement d’union: le Fatah considère que le Hamas, une fois réintégré dans les institutions palestiniennes, doit accepter que le président Abbas conserve une totale liberté de manoeuvres sur le volet diplomatique. S’il serait hasardeux de prendre les paris sur les chances d’une entente inter-palestinienne, deux éléments nouveaux sont à mentionner depuis la tentative infructueuse de 2007. L’Europe et les Etats-Unis seraient sans doute mieux disposés que par le passé à l’égard d’un gouvernement d’union même s’ils exigeront toujours du Hamas qu’il renonce à la violence, reconnaisse Israël et les accords conclus par le passé (ce que le Hamas n’est pas disposé à accepter.) En revanche, le gouvernement israélien tel qu’il s’esquisse à la suite des élections du 10 février (marquée par la poussée de la droite) risque d’être encore plus opposé que par le passé à une collaboration avec un camp palestinien rassemblé, que cela soit pour la gestion des affaires courantes, et a fortiori pour d’éventuelles négociations.

http://israelpalestine.blog.lemonde.fr/2009/03/07/une-bonne-nouvelle-palestinienne/

Annunci

Rispondi

Effettua il login con uno di questi metodi per inviare il tuo commento:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: